200 bancs de neige

Je m'emmitoufle de toi

il fait froid dans les flocons qui s'enchainent

c'est partout endormi

recouvert de l'hiver en tirance

 

Je me réveille en ton seing

devant toi si repue si désirante

que l'aveu des coeurs palabres

nous renseignent et nous lient

 

Je sens tout ce que tu es devenue

de la pointe des artères à tes yeux électriques

mon amour si parfait d'un instant si magique

 

Je me recouvre de tes chants

de tes jambes en chaleur

et des anses

pour soulever nos coeurs en falcrènes

 

Je n'ai d'envie que de toi

si chaude de l'hiver qui nous a rapprochés par la peau et la paix

 

Retrouve en moi cette candeur qui nous devient gentillesse

avant perdue des rancoeurs et des pas

Reste pour toujours

ne deviens pas cette autre qui maudit

et n'exerce en son sens

que le bruit des trépas

 

Deviens avec moi

Devenons ce navire qui brise les glaces de nos mers enforcées

Devenons ces chapitres de nos êtres commensals

Devenons les amours des sorties de nos gongs

les épaves parvenues à la rivière de nos chants

Devenons ces matières empilées par le temps

si difficiles qu'elles deviennent permanentes

Devenons ces mensonges qui reculent dans la mort

Devenons ces soleils éclatant dans l'histoire.

Février 2011