Car si demain c'était

 
Nous ne circulons pas dans les couloirs des musées

pour faire éclater les oeillères imposées

mais faisons éclater les yeux mêmes qui les ont inventées

 

Nous laissons pourrir les traditions déchues

en faisant de nos dires des horizons à dépasser

Nous élevons la barre des sauts

et la chaleur des fours

pour que tout cuise en grandeur

hors des moules trop serrés

 

Nous posons nos exigences en toute indépendance,

fruit survécu de nos années de route sans fin.

 

Nous avons résisté

Voilà qu'il nous faut recueillir le régal de cette résistance

pour le prolonger dans des devenirs inespérés et inconstructables.

 

À nos apaches et nos émois

le temps des ronces est transfixé

C'est le temps des coeurs en miettes

qui devient l'époque phénoménale

 

À nous de jouer.

juin 2009