Ces ostensoirs de sistrès

 

Dans les flambeaux de tes yeux
ils pétillent des encours
qui me percent de vagues
celles qui brillent dans l’achante
et virent le blanc des plusieurs

Montre-toi à c’qui s’explose
de ces choses et des restes
qui veulent mirer leur visage
me crier dans d’la glace
de mes durs données rondes

Je me lève pour leur dire
d’extirper ce qui reste
sans réponses de leurs pentes en souillante

Ces ostensoirs de sistrès
ces carbochons de pantins
ces commensores d’écarnache
je les plaque en péril
eux qui s’exposent
à ces pistes d’extinction

L’arravage est inconstable
mais l’airdelange est inconstricte
 

Mars 2009
 

 

image Vincent Vibrac