Compte à rebours

 

En remontant l’histoire
j’ai perçu nos entiers

qui s’exilent au complet
des cauchemars endirgués


J’allais prendre la fuite
dans la foule des encristes
qui me disent d’exister
malgré leur vengeance d’esbrouffe

En remontant ton corps
j’ai reçu tes écrins
qui velurent dans mon chant
tout le risque des étreintes

En remontant l’exil
j’ai revu ma palterre
ma grande ivresse
qui me berce de ses flancs

En remontant l’hiver
j’ai fini par y voir
comme on y voit
plus douce que la mer qui s’exile
quand le croche s’émoustille
 

Mars 2009
 

 

image Vincent Vibrac