Je suis un homme de partout
 
Je suis un homme de partout
de l’enfer au tribal
du bateau à l’arche des anges

De mon moi démorcelé
aux victoires arrachées
de nos arrière-grands-pères
celles qui nous font vivre
les minutes de nos voyages
retardés par les vers de nos chartres

Que le soleil mourisse sans nous voir
nous qui ne cessons d’acquérir les retards
dans les tames d’écriture

Les extras chavirent dans les morches des écristes
Mais nous n’assumons plus les revers de ces chounes

Qu’il en a fallu du temps
et des pleurs de crosses d’écrantiers
pour épalper la chaleur
des entraves démesures

Que nous reste-t-il à boire
pour longer le peu qu’il nous faut
Une aventure bien en péril
et des merveilles reconstruites.

juin 2009