Le ravin des évidences

 
Petit univers incertain

mère des entourloupes de guerre

région inexorable des enquêtes vémineuses

et report bouleversant des quitaines mensonges

 

Bourrez dans la misère des autres

ce qui vous reste de vos abois

et décantez l'excrément de vos victoires mortelles

 

Vous êtes ignobles et déconsidérés

fatras d'extase en mouvement d'exil

 

Vous n'expurgez que les exquis sémanophores

pour mieux venger vos irradiantes pendules

 

Vous nous voulez en catimini

avec les autres rangs rangés dans les affaires courantes

enjambeant le vitrail des mistrals

sans savoir si nous sommes vivants

 

Nous ne voulons plus de vous

Nous voulons des échanges d'atmosphères intégrales

sans le bruit des instants fallacieux des bombonnes d'insistance

 

Nous prenons ce qui dépasse dans l'aurore des instincts

Ce sont eux qui décident du sort des malins

car pour nous le soleil brillera démesurément

quand celui qui nous vint dans sa chartre d'insomniaque

fera de vous ce que nous sommes déjà

un prisonnier du sort

choisi par tous ceux qui ont l'oeil bien ouvert

sur l'exsangue décimal

le chant magique des encarrables délivrés

et les évadés penchés sur le ravin des évidences

 

Et malgré tout

nous dominerons le chant du monde

pour en faire un oratorio incontrôlé

de la mort de nos ennemis

 

juillet 2009