avec toi séparément

Je ne suis plus toi
Je t’accompagne séparément
dans les engeances de nos détroits


Je retourne à nouveau à ma case de départ
celle où je suis né
celle qui m’a vu naître

Je repense à ces temps heureux et solitaires
à ces moments affreux de ma solitude involontaire
et je conçois qu’il faut choisir pour mieux périr
pour revivre sa mort superficiellement
en grandeur et en joie

Je suis avec l’autre
celle qui m’enchalante
celle qui m’écroustille
et me chante dans le temps

C’est à qui sera doigt
C’est demain que je crois sera l’anse de nos amours
les rétros de nos emplisses

Ne cherche pas à me retenir dans ces instants mal décroussis
je ne veux plus vivre en ces plantes
que des jours merticouliens

Viens avec moi si tu me vantes
et retrouve peut-être ce qui est nous
Enchante les hivers de tes ententes
elles sont mercredouilles de leurs aspects

Je pense que c’est mieux
plus fragiles et plus soles
C’est en tout cas plus merciles
car me voilà au bout de l’étole
Regarde-moi courir dans l’esprit des chantiers

Il me souvient que
je pris des essences mertilleuses

Avez-vous compris le truc dérisoire ?
Avez-vous senti ce que c’est de voir ?

Moi je me dis que ce dont il se peut
Je ne cache plus mes tentrales de champions

C’est aujourd’hui demain
la perspective s’écroulassse
Je me transe en ballon dans le pleut des critères

Mais si tu veux prendre l’enstécole
prends le temps des haricots en montagne
les images se bousculent
à la sortie des urgences
C’est que le temps presse
et presse dans l’envie de se voir
encore mirés

Voilà les consciences
À toi de prembler
mais sans entrasses
me rassuc de tes doutes mescrétants

Je suis libre de mes vents
Je suis seule
et marche avec toi séparément