les paupières closes

texte automatiste numéro 1

je t'aime c'est facile à dire mais des fois je me demande si on peut le faire et ne pas échapper à la peur à l'angoisse et quand même je mourrais et en deça c'est sur toi que repose ton animer ahgh zut tournevis marie métal je suis prêt de la vie quand tu crois y être déjà sans parler des prisons des chapeaux des cuillers à beurrez l'astheur de comme ça se peut pas de jouer à la craie et mars c'est-il pasque jappe et mine de moule criste poul azel ninézu poèle a donner le feu du vent dans tes bras en chaleur ardente de tendresse et de douce électricité maudite rareté misère de la tendresse et bloc dur cru salé santé meilleur par le nez et il en peut-il dans l'orage de ton souvenir le champ de ton humour mon amour je me déchire à penser à toi et c'est la difficulté mes hésitations encore comme les autres mes frères mes amis qui ne refusez pas la chaleur et la honte momentané pour la grandeur de ton éternité

17 juillet 1980